Déclaration

Ensemble debout contre l'héritage de l'esclavage: racisme, discrimination et injustice persistante

25 mars 2020

Déclaration de la Directrice exécutive, Natalia Kanem, à l'occasion de la Journée internationale du souvenir des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves, 25 mars

 

Bien que le commerce transatlantique d'asservissement ait pris fin au XIXe siècle, son héritage de racisme perdure. Aujourd'hui, les descendants des Africains réduits en esclavage continuent d'être systématiquement marginalisés et privés de leurs droits fondamentaux.

Les femmes et les filles d'ascendance africaine sont confrontées à des formes multiples et croisées de discrimination et d'exclusion. Dans tous les pays, ils n'ont pas un accès égal à des services de qualité, y compris des soins de santé sexuelle et génésique. Cette disparité signifie qu'elles connaissent des résultats de santé maternelle moins bons que les populations majoritaires. Les femmes afro-américaines aux États-Unis, par exemple, sont 2 à 3 fois plus susceptibles de mourir de causes liées à la grossesse que les femmes blanches, selon les Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes (“Centers for Disease Control and Prevention”).

Cette année, l'UNFPA attire l'attention sur les injustices flagrantes dont sont victimes les personnes d'ascendance africaine dans les Amériques, où une personne sur quatre s'identifie comme afro-descendante.

Pendant des siècles, les personnes d'ascendance africaine en Amérique latine et dans les Caraïbes ont été confrontées à une discrimination et une ségrégation structurelles profondément enracinées dans le racisme, le colonialisme et l'esclavage. Les conséquences de ces violations persistent et continuent de faire des ravages dans nos sociétés et institutions aujourd'hui.

De profondes inégalités limitent la capacité des personnes d'ascendance africaine à exercer leurs droits et libertés fondamentaux. De plus, en dépit de leurs contributions importantes au développement de leurs nations, on leur a refusé la reconnaissance de leurs contributions et leur juste part des avantages du développement.

Les Afro-descendants en Amérique latine et dans les Caraïbes restent systématiquement marginalisés dans leurs sociétés. Ils subissent de la discrimination lorsqu'ils exercent leurs droits et restent sous-représentés dans la prise de décision politique, ce qui les empêche de briser les barrières qui les emprisonnent dans la pauvreté.

Les données sur les femmes et les inégalités entre les sexes recueillies par la plupart des pays ne sont généralement pas ventilées par race. Cela signifie que les expériences des femmes d'ascendance africaine sont souvent incluses dans les données sur toutes les femmes, cachant les modèles d'inégalité systémique et rendant leurs luttes et leurs préoccupations pratiquement invisibles pour les décideurs.

L'UNFPA, l'agence des Nations Unies pour la santé sexuelle et génésique, s'est associée au gouvernement du Costa Rica pour lancer un pacte régional pour la protection de la santé sexuelle et génésique et des droits des personnes d'ascendance africaine, axé en particulier sur les femmes et les jeunes.

En Amérique latine et dans les Caraïbes et dans le monde, il est temps de faire de la santé et des droits sexuels et reproductifs une réalité pour tous. Prenons enfin des mesures audacieuses pour mettre fin au racisme, à la discrimination et à l'injustice qui font que des millions de personnes d'ascendance africaine sont exclues, et levons le voile de l'invisibilité de leurs épaules grâce à des données désagrégées de qualité qui reflètent leur vie et leurs besoins.

Le monde s'est engagé à faire des dix prochaines années une décennie d'action pour réaliser les objectifs de développement durable des Nations Unies d'ici 2030. Pour réussir, nous devons tenir notre promesse de ne laisser personne de côté. L'élimination du racisme systémique causé par l'esclavage est cruciale pour parvenir à un monde de droits et de choix universels pour tous.