Actualités

Quand l’UNFPA et le MSPP forment des prestaires de soins à la PTME

8 novembre 2017
Un moment de la formation sur la PTME

Port-au-Prince, le 8 novembre 2017 --- Une trentaine de professionnels de la santé - médecins, infirmières, sages-femmes, infirmières sages-femmes - ont participé à un séminaire d’orientation sur la prévention de la transmission mère enfant du VIH (PTME), la gestion clinique du viol, le paludisme et le Zika, à Jacmel, Sud-Est d’Haïti, du 23 au 27 octobre 2017.

Organisée par l’UNFPA, le Fonds des Nations pour la Population, de concert avec la Direction de la Santé de la Famille (DSF) du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), cette formation visait à permettre l’implication de tous les personnels de soins des SONU (maternités offrant les soins néonataux d’urgence) dans la prise en charge des femmes enceintes VIH+ et les outiller à propos de la prise en charge de la PTME, a indiqué la Consultante Nationale VIH de l’UNFPA Haïti.

Dr. Nahomie Rose-Féline Antoine Baptiste s’est félicitée de l’intérêt dont les participants ont fait montre pour cette formation et de la promesse qu’ils ont faite de “faire une meilleure prise en charge des femmes enceintes HIV+ ainsi que de leur bébé”.

C’est à peu près le même sentiment qui anime la responsable de la PTME à la DSF. Miss Kedna Jeudy a fait savoir que “cette orientation aura permis une mise à jour des connaissances théoriques des prestataires de soins sur la PTME”, tout en soulignant la nécessité de faire suivre cette initiation d’une formation pratique et de plus longue durée.

“J’ai beaucoup appris concernant le Zika et la façon d’encadrer les survivantes de violence basée sur le genre (VBG), de sorte à les aider à retrouver la confiance en elles-mêmes, tout en poursuivant les soins”, a précisé Miss Nathalie Raymond, infirmière sage-femme en service social.

S’agissant de la PTME, Miss Raymond a dit avoir acquis de nouvelles connaissances, notamment sur les molécules à utiliser chez la femme et le bébé.

L’élimination de la transmission mère-enfant du VIH et de la syphilis est un enjeu de santé publique en Haïti. Dans le Plan Stratégique Multisectoriel de Lutte contre le VIH/SIDA 2018-2023, la cible d’élimination relativement au Programme de prévention de la transmission mère enfant du VIH se situe autour de 2023, à moins de 2% de nouveau-nés séropositifs.

Inaugurant le troisième Forum Latinoaméricain et Caribéen sur le VIH/SIDA, à Port-au-Prince, le 7 novembre 2017, le Premier Ministre Jack Guy Lafontant a réitéré la volonté du Gouvernement de tout mettre en oeuvre pour que 90% de la population soient dépistés et connaissent leur statut sérologique, 90% des personnes vivant avec le VIH/SIDA soient prises en charge et que la charge virale des 90% des sérépositifs soient éliminées.