Vous êtes ici

Renforcer la capacité des communautés sur la prévention du VIH et la protection contre les VBG

Port-au-Prince, 2 août 2021 --- La Direction de la Protection Civile (DPC) et le Bureau du Secrétariat pour l’Intégration des Personnes Handicapées (BSEIPH) ont organisé, avec l’appui technique et financier de l’UNFPA, l’agence des Nations Unies chargée de la santé reproductive, et du Haut-Commissariat pour les Droits de l’Homme, une formation sur la prévention du VIH, des VBG, l’inclusion et la protection, dans la Grand’Anse, en mai 2021.

Cette formation a permis de renforcer la capacité de 15 officiers de protection départementaux de la DPC et de 6 cadres du BSEIPH du grand Sud (Sud, Sud-Est, Nippes, Grand’Anse) à mieux sensibiliser leurs communautés sur la prévention du VIH et la protection contre les violences basées sur le genre. 

La capacité des participants a été renforcée de façon à sensibiliser leurs communautés sur la tolérance à faire montre à l’égard des personnes vivant avec un handicap et la protection des plus faibles (femmes, vieillards, enfants, personnes vivant avec un handicap).

De manière spécifique, ils ont été renseignés sur les modes de transmission du VIH, ses moyens de prévention et les référencements VBG.

Les points focaux départementaux ont eu également des informations sur la façon d’encourager la communauté desservie à faire le dépistage volontaire du VIH, tout en insistant sur l’avantage de connaitre son statut sérologique.

Selon l’OMS, chaque jour, 5000 jeunes âgés de 15 à 24 ans sont infectés par le VIH, soit près de deux millions de nouvelles infections sont enregistrées par an, la plupart arrivent dans les pays en développement.

Malgré de nombreux efforts, le VIH demeure un problème de santé publique. Selon l’EMMUS VI, la prévalence du VIH en Haïti est de 2.7% au niveau de la population générale, prévalence qui est passée de 6% à 2% grâce aux activités de prévention qui ont eu lieu depuis le début de l’épidémie.

Les adolescents /jeunes y sont plus exposés avec une prévalence de 0.3% chez les jeunes filles de 15 à 19 ans et de 2.7% chez les 25 à 29 ans; et une prévalence de 0.5% chez les garçons de 15 à 19 ans et de 2.4% chez les 35-39 ans.

La situation d’insécurité et l’arrivée de la Covid-19 n’ont fait qu’aggraver la situation. Afin de diminuer la prévalence du VIH, et d’arriver à l’éliminer, il est important de sensibiliser la population, particulièrement les personnes à risques.

Texte : Vario Sérant