Actualités

Retour sur la Journée Internationale des Femmes avec pour thème de commémoration en Haïti « La paix et le progrès/développement, c’est l’affaire des femmes aussi »

18 avril 2019
La Ministre à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes, Evelyne Sainvil, ouvrant la cérémonie de commémoration du 8 mars

Port-au-Prince, le 10 avril 2019 --- Le Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF) a, avec l’appui notamment d’ONU Femmes et de l’UNFPA, commémoré, à Port-au-Prince, la Journée internationale des femmes autour du thème national « La paix et le progrès/développement, c’est l’affaire des femmes aussi ».

Cette table ronde, qui a réuni des acteurs nationaux et partenaires internationaux ainsi que de nombreuses femmes venues de tous horizons, visait à dégager, selon le MCFDF, une compréhension commune du sens et de la portée du 8 mars dans la lutte pour l’émancipation des femmes, leur égalité avec les hommes sur tous les plans et leur engagement en faveur de la paix, du progrès et de la sécurité.

Droits humains des femmes haïtiennes : avancées et blocages par la sociologie, Comment les femmes, les femmes leaders en particulier, peuvent-elles contribuer à la promotion de la paix, La stabilité politique et la recherche de solution durable aux crises affectant la vie nationale : autant de sous-thèmes qui ont été débattus.

Le Représentant spécial adjoint du Secrétaire Général des Nations Unies et Coordonnateur résident et humanitaire de la Mission des Nations Unies pour l’Appui à la Justice en Haïti a fait savoir qu’il est urgent de trouver des approches innovantes et durables pour accélérer l’autonomisation de la femme et l’égalité entre les sexes.

Dr Mamadou Diallo fonde son appel sur un constat préoccupant. En effet, en Haïti, les femmes reçoivent des salaires inférieurs à ceux des hommes, travaillent plus dans le secteur informel, sans droit à la sécurité sociale (55,9%) et sont moins représentées dans les emplois formels (30%). Elles ont en conséquence  un accès limité aux ressources et aux opportunités économiques, relève Dr Diallo. En outre, moins de 10% des violences faites aux femmes sont signalées à la police. La santé maternelle reste un défi avec 529 décès pour 100 000 naissances vivantes.

La commémoration de la Journée Internationale des Femmes s’est poursuivie dans la prison de Cabaret, dans le département de l’Ouest, où des détenues ayant eu une conduite exemplaire ont été récompensées. L’UNFPA a mis à disposition des détenues 350 kits d’hygiène.

Cette cérémonie à la prison s’est déroulée en présence notamment de la Ministre déléguée auprès du Premier Ministre pour les Droits Humains et la Pauvreté, Stéphanie Auguste, de la Ministre à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes, Evelyne Sainvil, du Représentant de l’UNFPA en Haïti, Yves Sassenrath, de la Représentante d’ONU Femmes en Haïti, Dede Ekoue, et de représentants de la Mission des Nations Unies pour la Justice en Haïti (MINUJUSTH).

En Haïti, la Journée Internationale des Femmes a connu son essor après 1986 et surtout avec la création du Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF) le 8 novembre 1994. Depuis lors, le MCFD inscrit cette date dans son agenda annuel de commémoration ou de célébration d’événements marquant la lutte des femmes dans le monde et en Haïti.